2011

Les conditions climatologiques :

L’hiver 2010-2011 a été marqué par plusieurs épisodes neigeux en décembre, puis une clémence inhabituelle sur les premiers mois de l’année.

Le printemps chaud et sec avec des températures élevées dès la mi-mars a permis une reprise précoce de la végétation et un éclatement rapide des bourgeons : le stade mi-débourrement  est observé entre le 4 et le 6 avril dans la Côte, soit avec 7 à 10 jours d’avance sur une année normale, date comparable avec le millésime 2007 et juste derrière 1997, référence de précocité ces 20 dernières années.

 

Les mois d’avril et mai sont chauds et secs (pluviométrie -50% par rapport à la normale). Des problèmes d’alimentation hydrique de la vigne et de ses fruits pourraient se faire jour si la pluie ne revenait pas.

Cet été avant l’heure a contribué à une croissance rapide de la végétation. Les travaux d’ébourgeonnage débutent dans les chardonnays du Clos des Mouches dès le 15 avril, le relevage le 2 mai, avec trois semaines d’avance par rapport à 2010.

Le parallèle avec 2007 se manifeste également au niveau des dates de floraison : vers le 20 mai dans la Côte, en quelques jours seulement grâce à une période de fortes chaleurs (27-28°C), températures qui ont pu d’ailleurs occasionner quelques manifestations de coulure sur les blancs. A cette époque, nous commençons à envisager une date de cueillette très précoce, voisine du 20 août, la maturation étant d’autant plus rapide qu’elle démarre tôt en saison.

Cette météorologie exceptionnelle a créé un environnement parasitaire tout aussi inhabituel.

Les premiers traitements phytosanitaires contre l’oïdium ont démarré le 21 avril sur chardonnay au stade 8 voire 10 feuilles étalées. La maturité des œufs d’hiver de mildiou, préalable nécessaire aux premières contaminations n’a été atteinte que très tardivement. La première intervention contre ce champignon n’a été réalisée que quelques jours avant la floraison, période de sensibilité maximale de la vigne, justifiant donc une couverture de la végétation et des inflorescences.

En juin, quelques orages ont touché le vignoble de façon très ponctuelle, mais n’ont pas réussi à réduire le déficit hydrique. A la fin du mois, quelques jours de très fortes chaleurs (35 à 37°C) ont entrainé l’apparition de symptômes d’échaudage, essentiellement sur pinot noir, sur des grappes orientées au sud et insuffisamment protégées par le feuillage. Ce phénomène, associé aux premiers effets de la sécheresse (arrêt de croissance prématuré de la plante), nous fait craindre à ce stade un déficit du volume de récolte.

Pluie et fraicheur en juillet :

Les premières pluies du mois de juillet ont donc été accueillies avec soulagement et ont permis le déclenchement de la véraison, maintenant la précocité du millésime. Elles sont accompagnées d’une baisse importante des températures.

Malheureusement, fraîcheur et précipitations importantes perdurent tout le mois de juillet et, si elles permettent aux baies de retrouver un volume normal, elles vont également être à l’origine de l’apparition de foyers de Botrytis sur les pinots noirs aux grappes plus serrées. Juillet et août, connaissent des niveaux de précipitation de 200 à 270 mm selon les secteurs, soit plus de 2 fois la normale saisonnière. Le mildiou, complètement absent jusqu’alors fait un retour en force et nous oblige à une protection soignée du feuillage afin de le maintenir en bon état pour la maturation des raisins.

Toutefois, avec ses conditions printanières hors normes, 2011 nous a permis de réduire de façon importante le nombre de traitements phytosanitaires sur le domaine.

Conditions de vendanges optimales :

La détermination de la date de récolte a, encore cette année, été délicate, devant respecter notre volonté de récolter un raisin de maturité optimale, mais aussi en très bon état sanitaire. La concentration en sucres, contrairement à d’autres millésimes, a assez rapidement plafonné, témoin de la fin de cycle physiologique de la plante.

Au vu de ces critères pas toujours concordants, nous avons débuté les vendanges le 28 août, d’abord  sur les rouges de Beaune, plus précoces, pour finir par les blancs et les Hautes Côtes de Beaune.

Les très bonnes conditions météorologiques de toute cette période nous ont permis de récolter sereinement de beaux raisins.

 

Les Vins :

Les vins rouges :

La vendange a nécessité un tri soigneux en deux temps : à la parcelle grâce à nos vendangeurs fidèles et expérimentés, puis sur table de tri à l’arrivée à la cuverie.

Les rafles, insuffisamment mûres et saines cette année ont été totalement éliminées.

La fermentation alcoolique régulière a été précédée d’une macération d’une semaine. La cuvaison a été prolongée de quelques jours après épuisement des sucres afin de parfaire l’extraction et l’affinage des tanins.

Les vins en fûts présentent de belles robes profondes, d’agréables parfums de fruits rouges mûrs et une bouche équilibrée, structurée sans être austère grâce à des tanins fins.

 

Les vins blancs :

La coulure partielle occasionnée par les très fortes chaleurs au moment de la nouaison a permis aux grappes de rester lâches et moins sensibles au développement de pourriture grise.

La vendange présente donc un état sanitaire quasi-parfait, ne nécessitant pas de tri sur table.

Les raisins pressés en vendange entière se sont clarifiés aisément et rapidement avant mise en fûts et ont connu une fermentation alcoolique régulière et sans écueils.

Les vins nouveaux, aux robes brillantes, associent au nez fraîcheur et maturité de fruit, et en bouche dynamisme, chair et persistance.

retour

Archives

BERTHELEMOT : Grands vins de Bourgogne - 21190 MEURSAULT
Téléphone: 03 80 21 68 61 - Fax: 03 80 21 94 07
- Email: contact@domaineberthelemot.com
- Internet: http://www.domaineberthelemot.com