2013

Les années se suivent et se ressemblent !

 

L’hiver 2012 -2013 restera dans nos mémoires comme pluvieux et froid :

 - pluvieux avec un l’excédent de pluie sur la période d’octobre à mars frôlant les 30% (450 mm contre 350  mm en moyenne).

- froid surtout sur la période janvier à mars accusant une moyenne des températures en baisse de 2.5°C.

Nous avons tous constaté également un déficit important d’ensoleillement (30% sur la période octobre à mars, le plus marqué en janvier avec 15 heures d’insolation) et de très longues périodes de nuages bas et de brouillards persistants.

Le printemps tarde à se manifester, ce qui se traduit par un débourrement tardif : le stade pointe verte n’est atteint que vers le 25 avril à la suite d’une période subitement beaucoup plus chaude.

Retour du froid et de la pluie fin avril et surtout début mai avec de fortes précipitations pendant le week-end du 4-5 mai entrainant de nombreuses inondations de vignes et de caves.

L’embellie de fin avril ayant permis aux œufs d’hiver de mildiou d’arriver à maturité tôt en saison, nous devons démarrer la lutte de façon précoce et dans des conditions difficiles, dès que les sols permettent le passage de l’enjambeur.

Avril et mai connaissent finalement des excédents de pluie de plus de 80%, avec à la clé une insolation déficitaire et une multiplication des repiquages de mildiou nécessitant une grande vigilance.

La croissance de la vigne est fortement ralentie par ces conditions peu propices et le retard de végétation se maintient. A fin mai, nous sommes dans la plupart des vignes entre 6 et 8 feuilles étalées, ce qui correspond à environ 3 semaines de retard sur une année moyenne.

Soulagement début juin avec le retour du soleil et une croissance qui s’accélère enfin ; on peut même parler d’une explosion mi-juin et nous avons fort à faire dans les vignes pour faire face aux travaux de palissage et de labours.

La floraison a lieu de façon relativement étalée entre le 20 juin et début juillet, ralentie par un épisode froid et pluvieux entrainant l’apparition de symptômes de coulure dans certaines parcelles de pinot noir.

Grâce à un début d’été chaud et orageux, le grossissement des baies est rapide et le stade fermeture de la grappe atteint à partir de mi-juillet. Le retard par rapport à une année moyenne se réduit à environ 12 jours.

La protection contre les maladies cryptogamique reste toujours d’actualité tout au long de la campagne, la pression oïdium venant progressivement s’ajouter à celle du mildiou.

L’effeuillage constitue également un moyen complémentaire de lutte crucial en favorisant l’aération et l’ensoleillement des grappes.

Douche froide le 23 juillet : un violent orage de grêle s’abat sur le nord de la Côte de Beaune : nos parcelles de Beaune Clos des Mouches, Pommard Noizons sont malheureusement sur la trajectoire, comme en 2012, et le potentiel de récolte diminué d’environ 90% ; le Beaune Grèves s’en sort un peu mieux à 80%.

Aout est marqué par des températures élevées et une faible pluviométrie qui ont tendance à retarder la véraison. Celle-ci ne s’achève que vers le 12 septembre.

La douceur et l’humidité qui vont suivre  perturbent la maturation et nous font craindre le développement de Botrytis. Les vendanges initialement prévues le 3 octobre sont, au dernier moment, avancées au 30 septembre grâce à une période exceptionnellement chaude pour la saison qui provoque une concentration très rapide des sucres dans les baies.

La cueillette se déroule globalement dans de bonnes conditions grâce à l’efficacité de notre équipe de vendangeurs avertis, formés et rodés.

 

Les vins rouges :

 

La vendange très saine demande toutefois un tri soigné à la parcelle et sur table de tri, surtout dans les parcelles touchées par la grêle, afin d’éliminer les baies desséchées encore bien accrochées sur les rafles.

Une table vibrante placée avant la table de tri a montré une efficacité remarquable.

Les fermentations alcooliques sans encombre sont précédées par une macération d’une semaine qui a permis de faire ressortir des arômes de fruits rouges très prometteurs et une extraction rapide et intense des anthocyanes sur certaines cuvées. Nous avons privilégié un travail en douceur de la vendange, réduit les pigeages au profit de remontages ou de délestages afin d’extraire des tanins fins. Les températures froides ont nécessité un suivi soigneux des profils thermiques.

Après repos, les vins présentent une très belle intensité colorante, d’intenses arômes de fruits rouges et une bouche dense, pour l’instant acidulée, avec des tanins fins et bien présents.

 

   Les vins blancs :


Les chardonnays, plus en avance que les pinots sont pour la plupart récoltés en premier cette année. Leur état sanitaire satisfaisant nous semblait malgré tout fragile avec l’apparition des premiers foyers de botrytis.

 Triés à la parcelle, les raisins sont pressés en vendange entière. Les moûts après une légère clarification présentent de beaux arômes d’agrumes et une belle acidité.

La fermentation alcoolique, débutée pendant 48 heures en cuve pour faciliter un démarrage homogène se poursuit sans encombre en fûts, un refroidissement préalable limitant la cinétique fermentaire.

Fruités et équilibrés, les vins ont conservé leur note d’agrumes initiale, une bouche franche avec beaucoup de fraîcheur et une vivacité que les fermentations malolactiques devraient venir tempérer.  

retour

Archives

BERTHELEMOT : Grands vins de Bourgogne - 21190 MEURSAULT
Téléphone: 03 80 21 68 61 - Fax: 03 80 21 94 07
- Email: contact@domaineberthelemot.com
- Internet: http://www.domaineberthelemot.com